Marathons/Récits de course

Marathon de La Rochelle – 27 novembre 2016

Retour gagnant sur la distance reine

img_44777 semaines ont passé depuis mon abandon au 100K de la Somme. La déception est digérée et le marathon de La Rochelle arrive à point nommé pour finir l’année 2016 en beauté. Je ne suis pas sur un pic de forme mais je sais que la prépa 100K m’a fait progresser. Même si j’ai peu couru depuis Amiens, je crois en mes chances d’aller à la chasse au record personnel (3h11’31, La Rochelle 2013).  Des séances du type 5*1500 et 15*600 ont donné des signaux encourageants en terme de vitesse et surtout je suis mentalement au taquet à l’idée de retrouver la distance reine du marathon. J’ai sérieusement envie d’en découdre…

  • Le jour J

img_4489Arrivé la veille avec mes amis de la Team Marathon Connection Pathé, Stéph et Eric pour récupérer le dossard et participer à l’excellente pasta party rochelaise, je me sens serein en ce dimanche matin. Notre hôtel étant au pied de la zone de départ, Pathé et moi sommes tranquilles dans les préparatifs. Nous retrouvons le sas à 8h45, 15’ avant le départ, sous une météo parfaite pour la saison. 7°C, peu de vent et pas un nuage dans le ciel.

– 0-5km : 22’32 (4’30/km)

9h, départ. Je mets 16 secondes pour franchir la ligne. Le peloton est dense et ça chahute un peu sur le Quai Maubec. Je suis bien concentré et ne cherche pas à zigzaguer parmi les coureurs. J’accélère progressivement jusqu’à passer le 1er km en 4’30. Mon allure cible est à 4’28/km sur la montre afin de me situer à 4’30 en réel (décalage entre le GPS et la ligne bleue) et espérer accrocher ainsi les 3h10. La côte sur l’avenue Jean Guiton passe sans encombre puis nous retrouvons au 3ème km le reste du peloton parti Quai Prunier. Passage au 5K : 22’32.

– 6-10km : 22’41 (4’32/km)

Je déroule sur cette première boucle, fort de mes deux précédentes participations en 2013 et 2014. Le parcours est dans la tête et je passe à ma main le faux plat montant du 6 au 8ème km, aux abords du Parc de Mireuil. Nous retrouverons ce tronçon dans 20 bornes et il faudra y arriver frais pour aborder le dernier tiers de course dans les meilleures conditions possibles. Aucune prise de risque pour le moment. Je profite au maximum de l’ambiance et des encouragements chaleureux des spectateurs et des bénévoles. Passage au 10K : 45’13.

– 11-15km : 22’33 (4’31/km)

Jusque-là, tout va bien. Je suis dans les temps et je compense un léger manque de forme, pour ne pas dire quelques kilos en trop, par une grosse envie de courir. Je suis bien dans mes pompes. A ce sujet, j’ai opté pour les Adidas Boston 6 et je ne regrette pas ce choix. Encore mieux que les 5 car aussi dynamiques mais bien plus confortables. Retour sur le Quai Maubec. Mon hôtel est tout proche mais l’envie d’y retourner est nulle pour le moment, fort heureusement ! Passage au 15K : 1H07’46.

35875817– 16-semi : 27’34 (4’31/km)

Nous voilà dans la zone du Port des Minimes. Je redoute habituellement cette portion assez exposée au vent. Mais aujourd’hui, je ne cogite pas. La météo est favorable et je suis dans tous les cas en mode commando, en quête de revanche suite à ma récente désillusion. Je fais toutefois attention à contrôler une allure qui aurait tendance à accélérer sur cette partie sans D+.  Passage au semi-marathon: 1h35’20.

– semi-25km : 17’26 (4’28/km)

Je suis donc sur des bases de 3h10’40. Pile dans les prévisions. Je ne m’attarde pas sur ce constat car la route est encore longue. Le premier tour des Minimes est terminé et nous repartons à l’assaut de la seconde boucle du marathon. Je commence à doubler bon nombre de coureurs à la respiration brusque et décousue, ne laissant présager rien de bon pour la suite des festivités. Le public, quant à lui, est toujours aussi enthousiaste, à la hauteur de sa réputation. La Rochelle sait recevoir ses marathoniens ! Je savoure chaque instant, conscient de cette chance que j’ai d’être ici, à arpenter ces routes loin des douleurs et blessures passées. Passage au 25K : 1H52’46.

35879478– 26-30km : 22’34 (4’31/km)

De retour vers le Parc de Mireuil, je sais que la course va maintenant commencer. J’avais vécu un calvaire en 2014 à partir de ce point, m’arrêtant à de nombreuses reprises jusqu’à croiser mon pote Cyril pour finir ensemble sur le tapis bleu. Je souris en y repensant alors que mon rythme est toujours aussi stable. Je jubile même à l’idée de rentrer dans le dernier tiers de l’épreuve, celui de toutes les  vérités. Passage au 30K : 2H15’20.

– 31-35km : 22’09 (4’26/km)

Porte Dauphine, Champs de Mars, Cognehors, ça monte et ça descend ! Grisé par la perspective d’atteindre mon objectif, j’éprouve des difficultés à canaliser mon énergie et mes émotions. C’est encore un peu tôt pour s’enflammer et il me faut utiliser toute l’expérience acquise au cours de mes onze marathons pour ne pas céder à cette petite voix qui m’enverrait droit dans un mur que je n’ai pour l’heure pas rencontré. Restons calme, rien n’est fait… Passage au 35K : 2H37’29, temps identique à l’édition 2013, à la seconde près!

35907078– 36-arrivée : 33’07 (4’36/km)

Je viens de faire un km en 4’16 puis deux en 8’24 alors que nous sommes de nouveau dans le secteur des Minimes. La passion plus que la raison ! Mes bonnes résolutions n’auront pas tenu bien longtemps et c’est fort logiquement que des crampes se déclenchent dans les mollets et les ischios. Je voulais du combat, et bien je vais être servi pour cette fin de course. Parce que je ne lâcherai rien. Pas question de marcher, ne serait-ce qu’une seconde. 4’38, 4’51 aux 40 et 41ème km. Certes j’ai ralenti mais je cours toujours alors que la voix du speaker se fait entendre de plus en plus distinctement. Les pavés, virage à droite, le tapis bleu… Nous y sommes. Je lève les bras et file vers ma victoire. Temps final : 3H10’36.

  • Le bilan

Place au général : 519/5564

Place catégorie VH1 : 229/1949

Allure moyenne : 4’30/km

Vitesse moyenne : 13,28 km/h

Negative split : -4“ (1er semi : 1h35’20 / 2ème semi : 1h35’16)

35920968Nouveau record personnel. L’instant est chargé en émotions. Elle commençait à dater cette marque référence de 2013 ! Ce retour gagnant sur la distance reine m’emplit de fierté. De nombreuses images s’entremêlent, entre échecs et succès passés, d’autres plus personnelles… Par ailleurs, le negative split de 4 secondes est une belle récompense et résume bien un marathon couru tout du long sur le fil. C’est passé cette fois-ci, tant mieux. Merci à tous pour vos encouragements. Mention spéciale aux fabuleux bénévoles rochelais, à Pathé pour son RP et à ma famille pour son soutien sans faille.

Publicités

3 réflexions sur “Marathon de La Rochelle – 27 novembre 2016

  1. Pingback: Bilan sportif 2016 et objectifs 2017 | maCAPdam

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s