10kms

La Course du Château de Vincennes – 9 juin 2013

Ça passe et ça casse… les 40’

Depuis février dernier, mon record personnel sur 10K est fixé à 40’56 (cf. CR des Foulées de Vincennes 2013). Ce chrono m’avait, à l’époque, comblé et me laissait entrevoir l’espoir de briser un jour la fameuse barre des 40’ sur cette distance si violente et exigeante. Pour ce faire, j’ai sélectionné deux courses en ce mois de juin : Le Château de Vincennes et les 10K l’Equipe. Une chance au grattage, une chance au tirage…

  • L’avant course

IMG_0785Ce 2ème week-end de juin est clairement placé sous le signe du running et s’annonce donc sous les meilleurs auspices.Tout commence le samedi matin et une rencontre au Bois de Vincennes entre la Team et Cédric Thomas, responsable de la Filiale France de Saucony. J’ai connu Cédric lors de l’édition 2012 de la Course du Château de Vincennes. Nous avons de suite sympathisé puis organisé ce RDV avec mes potes. L’occasion pour chacun de tester un ou plusieurs modèles d’une marque que j’affectionne tout particulièrement et d’échanger autour de cette passion pour la course à pied qui nous rassemble. Un super moment ! Pour ma part, j’ai d’ailleurs validé depuis quelques jours le choix de la Saucony Virrata pour la course du lendemain. Une chaussure légère (190gr sur ma balance en 8,5 US), zéro drop et très dynamique. Pour plus d’informations, je vous invite à lire le test de Fred Brossard sur runners.fr ici : http://runners.fr/saucony-virrata-le-zero-drop-pour-tous/

Direction ensuite le Château pour la traditionnelle récupération du dossard. Là, on commence à rentrer dans la course. J’ai déjà une grosse envie d’en découdre même si j’aborde cet événement comme une répétition générale pour les 10K l’Equipe dans 15 jours. Mais sait-on jamais ! Sur un malentendu…

  • Le jour J

9h, ce dimanche matin. Je retrouve les amis inscrits. Les orages de la veille ont fait place à une météo plus clémente pour courir. C’est un peu humide mais les conditions sont quasi optimales : nuageux mais pas de vent, 14°C.

Après un échauffement d’une quinzaine de minutes en compagnie de Mélanie et d’Eric, nous nous plaçons avec Eric sur l’allée droite du Cours des Maréchaux, en début de sas vert (40-50’), prêts à bondir dès le coup de feu libérateur.

–          0-5 km : 19’51 (3’58/km – 15,11 km/h)

tof110h, c’est parti pour les 4000 participants ! 10 secondes pour franchir la ligne. Je craignais que ça se bouscule et joue des coudes mais finalement ça passe plutôt bien. Du coup, je peux de suite viser l’allure escomptée. 1er kilo en 3’55. C’est même un poil rapide. Je réduis très légèrement sur les deux kms suivants pour stabiliser à 3’58-3’59. Les sensations sont correctes,  les jambes sont bonnes et le palpitant résonne. Normal, c’est un 10K. Je dois être à 90-92% de ma fréquence cardiaque maximale. Ce n’est donc pas l’heure de fredonner…

Je gravite maintenant autour du Lac des Minimes. L’effort est important mais soutenable. Le 4ème kilo est franchi en 3’57. Avant de partir, je m’étais dit que je couperai le rythme  à cet endroit si je me sentais trop dans le dur sachant, encore une fois, que je suis en mode « répétition générale ». Difficile de savoir si tel est le cas. Evidemment, je suis au taquet, en pleine résistance mais suis-je réellement dans le dur ? N’est-on pas dans le dur tout le temps sur cette distance ? Bref, j’arrête là les cogitations et décide de maintenir l’allure. Passage à la mi-course : 19’51.

–          6-10 km : 19’31 (3’54/km – 15,37 km/h)

Crédit photo: Frédéric Poirier

Crédit photo: Frédéric Poirier

Avenue de la Belle Gabrielle. Le parcours depuis le début est très roulant mais reste ponctué d’épingles qui demandent de relancer une machine de plus en plus entamée. Mais nous approchons de l’heure de vérité et maintenant que la décision est prise de tenter le hold up, il n’est plus question de lâcher prise. 3’56 au 6ème, 3’55 au 7ème km. Les jambes sont bien dures, le souffle est court. A l’arrache sur l’Avenue du Tremblay. 4’00 pour la 8ème borne! Pas bon cet intervalle…  Pour autant, il faudrait subir une grosse défaillance pour ne pas aller chercher mon sub 40’. J’ai de l’avance et la perspective de réussir une belle perf’ me transcende. J’ai en plus la chance de me bastonner avec un petit groupe et donc de ne pas être complètement esseulé. Virage à gauche, aïe… Route des Sabotiers, virage à droite, aïe… Avenue des Minimes. 9ème kilo en 3’54. L’allée droite du Cours des Maréchaux est juste là. Ne pas céder, ne pas céder. Dernier virage à gauche puis c’est l’entrée royale sur tapis rouge dans le Château. Le sprint final est lancé, à près de 22 km/h. Passage sur la ligne d’arrivée : 39’22.

  • Le bilan

Place au général : 192 / 3639

Place catégorie SEH : 119 / 1430

Allure moyenne : 3’56/km

Vitesse moyenne : 15,24 km/h

Negative split : -20 secondes

C’est fait. A new Personal Best! 1’34 de moins que ma précédente marque. La  barre des 40’ est brisée. Quel kiff!

tof2Et ça ne s’arrête pas là. Le temps de reprendre mes esprits et j’aperçois Eric franchissant la ligne. 40’15, 16ème dans sa catégorie. Je reste admiratif devant sa performance. Chapeau bas.

Puis c’est au tour de la famille (mon beau-frère et mon oncle) et des ami(e)s de boucler leur épreuve dans d’excellents chronos. D’autres sont arrivés depuis déjà un moment, synonyme de grosses performances comme celle d’Olivier, 8ème de la course ou d’Adrien. A tou(te)s, un grand bravo.

Le retour dans la voiture est euphorique, jusqu’au moment où je m’aperçois qu’il manque quelque chose dans mon sac de course : mes Saucony Virrata. Je réalise en une fraction de seconde que j’ai oublié de les ranger après m’être changé et qu’elles sont restées là-bas.  Je m’insulte de tous les noms d’oiseaux possibles et retourne en direction du Château de Vincennes. Je me gare puis entame un nouveau sprint. Arrivé sur les lieux, rien. Je questionne l’organisation, demande à Cédric sur le stand Saucony, toujours rien. Je décide d’aller voir Harry, speaker officiel de l’épreuve, sur le podium quand j’aperçois, au fond, un sac plastique ressemblant au mien. Elles sont là ! La fête aurait pu être gâchée mais grâce à l’honnêteté d’un(e) coureur/coureuse, cela restera un grand souvenir.

Si cette personne passe par ici, sachez que je vous remercie mille fois !

Publicités

15 réflexions sur “La Course du Château de Vincennes – 9 juin 2013

  1. joli chrono largement mérité pour avoir suivi la prépa méticuleuse.
    mais c’était couru d’avance ce sub 40 !

    et c’est marrant de voir à la fin de l’article le lien vers le précédent « asics gel nimbus 15 » Comment tu fais pour courir avec après avoir mis les virrata ? 😉

    • Merci Julien. Bien vu pour la nimbus, test pour Fred Brossard oblige! Peu probable que je puisse emmener la Virrata à Millau sur 100K. J’explore donc toutes les possibilités 😉

  2. Admiratif a mon tour. Je savais lorsque je t ai vu a échauffement que t allais casser la baraque. Sous les 3h15 a la Rochelle et peut être mieux encore

  3. Pingback: Les 10km L’Equipe – 23 juin 2013 | maCAPdam

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s